• 11ème ETAPE: PONT St MARTIN-PREFAILLES:

    05 sept 2008 

    11ème ETAPE: PONT-SAINT-MARTIN – PREFAILLES<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans la pluie et dans le vent du matin ………………….<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La route va, la route va son train. Nous avons passé la soirée en famille chez Alain et Cathy, les enfants ne nous ont pas lachés et le repas fut animé.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Edwige, Gégé et Gillou ont dormis chez Cathy ; Pat et Jo dans leur camion garé devant la maison.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous sommes repartis pour la dernière étape de notre périple sous la tempête. Alain nous accompagne, c’est un sportif dans l’âme et il n’a pas hésité à prendre un jour de congé pour nous emmener jusqu’à Préfailles près de la point Saint-Gildas où les filles on réservé les bungalow et l’emplacement du camion au camping ELEOVIC souvent fréquenté par Alain Bourgnon grand navigateur français.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La pluie et les bourrasques de vent rendent le parcours très difficile ; Alain assure le train et abrite autant qu’il le peut ses compagnons de route. Nous passons devant AIRBUS à Bouguenais lieu de travail d’Alain.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Péniblement, sous les grains, nous passons La Montagne (il n’y aura pas de grand prix aujourd’hui !) puis Le Pellerin et rejoignons le canal de la Martinière.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le temps s’étant momentanément calmé, nous touchons du vent arrière et effectuons la vingtaine de kilomètres qui nous séparent de Paimboeuf en 45 minutes environ. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les filles nous informent qu’elles sont arrivées au camping et que le ciel se dégage sous les vents tempétueux de l’Atlantique. Le moral revient mais la roue arrière du vélo de Gillou en profite pour jouer un peu plus. La rage au cœur pour la énième fois, il resserre ce satané moyeu et nous reprenons la route qui nous fera rejoindre la Vélocéane, piste cyclable des bords de mer.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous avançons très difficilement, le vent a changé de sens et debout sur les pédales, nous faisons du sur-place. A Saint-Brévin, la piste nous mène sur la plage où le sable, levé par le vent, nous cingle les jambes et le visage ; heureusement que nous sommes équipés de lunettes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    De Saint-Michel-Chef-Chef (le pays du Petit Beurre) à Préfailles, nous peinons sous la tempête, fourbus, usés nous rejoignons le camping. Les derniers kilomètres sont les plus difficiles de notre grande promenade.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Alain nous a vraiment tiré jusqu’à l’arrivée, sa puissance physique et ses encouragements nous ont été précieux. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous retrouvons les filles et la joie au cœur, nous nous embrassons. Nous n’aurons pas le temps de nous rendre à Pornic pour y déguster la glace de notre projet. Nous avons perdu trop de temps aujourd’hui.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous nous ruons sur le repas préparé par nos admirables nanas, malgré la perspective du restaurant de fruits de mer réservé par Jo à la Flottille pour 20 h 00. Cathy et les enfants nous rejoignent au camping ; ils passeront la nuit avec nous dans le bungalow réservé pour l’occasion.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous sablons le champagne apporté par Cathy pour célébrer la performance des trois mousquetaires de la bicyclette. Nous nous laissons porter par la joie du moment et les crises de fou-rires se succèdent.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les plaisanteries battent des records de nullité mais il est des jours comme ça où un mot, une phrase déplorable déclenchent des  avalanches de rires incontrôlables. C’est si bon !!!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous rejoignons le restaurant «la Flottille » où nous assistons au spectacle de la mer déchaînée ; les vents redoublent de rage, mais nous nous sommes attablés et dégustons les excellents fruits de mer préparés pour nous.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La perspective de dormir dans la tempête de la Côte de Jade effraie un peu le petit groupe sauf peut-être les papys qui sont certains de sombrer dans un sommeil que même le canon ne troublera pas.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous avons parcouru 90 kms en 6 heures. Nous sommes au terme de notre aventure.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Merci à vous, supporters inconditionnels !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Continuez à visiter notre blog, nous avons beaucoup de commentaires à y porter !!<o:p></o:p>

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :